ses-info.fr
Des informations économiques et sociales relayées (et parfois commentées) par des élèves de SES (Sciences Economiques et Sociales)
Site d'un prof de SES et de ses élèves

Accueil > Actualités > Comment expliquer l’instabilité de la croissance ? > Le défi économique de Monti

Le défi économique de Monti

jeudi 1er septembre 2016 par Bertrand Brie

Bertrand Brie, 1ES2, 2011/2012

PRÉSENTATION DU DOCUMENT

Titre : Le défi économique de Monti

Source : Edition européenne du TIME MAGAZINE du 20 février 2012

Définition :

Dette publique : La dette publique représente l’endettement de l’Etat et des organismes publics dont il assure la tutelle financière (collectivités territoriales, organismes sociaux financés par des cotisations légales, entreprises publiques dotées d’un statut particulier et ne relevant pas du droit commercial, prêts effectués par des organismes bénéficiant de la garantie de l’Etat). La dette publique peut être brute (il s’agit de la somme de toutes les dettes) ou nette (dans ce cas, on défalque les créances de l’Etat et des organismes dont il assure la tutelle financière).

Emprunt d’Etat : Un emprunt d’État (en anglais : government bond, dont le diminutif usuel est govvie) est une obligation ou un titre de créance négociable émis généralement dans sa propre devise par un gouvernement.

Nature du document : : graphique

- En abscisse : Dette publique brute
- En ordonnée : Rémunération des emprunts d’Etat sur 10 ans soit taux d’intérêt des emprunts d’Etat sur 10 ans
- Cercles : La taille des cercles est proportionnelle au PIB de l’Etat en question

Mettre un chiffre dans une phrase : En Grèce, pour 100 euros de PIB, on retrouve 160 euros de dette publique. De plus, pour 100 euros empruntés, 35 euros supplémentaires devront être versés aux créanciers de l’Etat grec sur 10 ans.

DESCRIPTION DES FAITS

Fait principal : La dette publique de l’Italie vaut environ 121% de son PIB. En outre, le taux d’intérêt des emprunts d’Etat italiens sur 10 ans est de 5,5% environ.

Faits secondaires : Par rapport à la France, l’Italie a un PIB 1,22 fois inférieur, et des taux d’intérêts sur ses emprunts sur 10 ans, 1,7 fois supérieurs. La dette publique de l’Italie représente environ 97% du PIB français soit à peu près 15 points de pourcentage de plus que la dette publique française. De plus, l’Italie, après la Grèce, a la dette publique la plus importante en % du PIB par rapport aux autres grands pays européens définis sur le graphique (Finlande, Espagne, Pays-bas, Autriche, Belgique, Allemagne, France, Portugal, Irlande et Grèce). De plus, le PIB italien représente environ 13% du PIB européen.

ANALYSE

En raison de la mauvaise gestion du précédent Président du conseil Italien, Silvio Berlusconi, leur dette publique n’a cessé d’augmenter. De même, les taux d’intérêt auxquels doit emprunter l’Italie se placent parmi les plus élevés d’Europe avec l’Espagne, l’Irlande et le Portugal.

Mais, toute la dangerosité de l’Italie se trouve justement dans ces faits : un PIB important, avec une dette publique plus importante que son PIB, et de hauts taux d’intérêts pour les emprunts sur 10 ans.

Le défi économique de Monti se situe là : il est nécessaire de réduire les déficits italiens et d’appliquer une politique de rigueur afin de réduire les dépenses dans certains domaines qui ne ralentiraient pas trop la croissance (éducation à court terme, et défense, les deux plus gros postes de dépenses des États), mais en même temps de favoriser la consommation et l’investissement, pour essayer d’augmenter les recettes de l’État, et de réduire les risques de ralentissement de la croissance, ou de récession.

Ainsi la politique italienne de Mario Monti doit trouver le juste milieu entre rigueur et relance, et ainsi montrer l’exemple aux autres pays européens. Car, si le Président du conseil italien échoue, et que l’Italie se retrouve dans le même cas que l’État grec, alors, il n’est pas certain que l’Europe résiste à un tel choc, ni la monnaie unique, etc.

Ainsi, non seulement, Monti doit sauver l’Italie désormais, mais, en plus, la politique qu’il devra essayer d’appliquer servira de fondation à la politique qu’appliquera le reste de l’UE en cas de réussite. En sauvant l’Italie, il doit donc essayer de sauver le reste de l’Europe, pour lui éviter le perte d’un partenaire économique et financier trop important pour être perdu.

P.-S.



Documents joints

  • Graphique étudié (PDF – 1.2 Mo)

    Le graphique se situe en haut à droite de la page.


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
ses-info.fr (académie de Paris)